« J’ai été violé, même si la loi ne l’entend pas ainsi »

24heures : Article du 28.04.2014

La définition légale du viol ne comprend que la pénétration péno-vaginale. Injuste, selon Raphaël, victime.

« C’est la douleur qui m’a réveillé. » Raphaël dormait tranquillement dans son lit, chez lui, là où tout un chacun s’estime à l’abri. C’est pourtant là que l’impensable s’est passé, cette nuit de 2008, dans le quartier sous-gare, à Lausanne. Raphaël Depallens, 24 ans à l’époque, a été agressé sexuellement dans ses propres draps. « Il m’a semblé que le temps que je repousse la première irruption était comme suspendu, car j’étais sous le choc. Au deuxième assaut, j’ai réussi à chasser mon agresseur hors de ma chambre et à m’enfermer à clé. »

Raphaël Depallens n’a pas subi cette violence dans la rue. Ni par un inconnu : c’était un de ses colocataires. Deux éléments qui ont amplifié le choc du viol : « On s’imagine que si quelqu’un devait nous faire du mal, ce serait celui qu’on voit dans les séries TV, dont les traits respirent le mal. Jamais on n’envisage une telle agression sous le visage d’un être connu et sous notre toit. » Dès le lendemain, il quitte cet appartement pour se réfugier chez une amie. Des crises d’angoisse le suffoquent de plus en plus. Raphaël ressent en continu une peur panique irrépressible. Le repos est impossible. « Je ne dormais plus. J’avais l’impression de n’être en sécurité nulle part. J’étais soupçonneux à l’égard des hommes. De ce fait, je préférais la compagnie des femmes. » Aujourd’hui, Raphaël peut en plaisanter : « J’arrivais à aller faire mes courses. Mais je ne trouvais pas ce que je cherchais ! » Alors, des médicaments l’aident transitoirement. Une psychiatre sera d’un grand secours.

Du côté de la justice en revanche, Raphaël est loin d’imaginer que son agression sera minimisée. Pourquoi ? Parce qu’il est homosexuel. « Du fait de notre orientation sexuelle, c’est comme si on nous déniait la crédibilité d’être victime. Le juge d’instruction m’a dit : « Allons, entre nous, des doigts dans l’anus, vous avez l’habitude ! » Maintenant je sais que j’aurais dû exiger que ce soit inscrit au procès-verbal. »

  • Evolution lente de la loi

Les personnes homosexuelles et d’autres minorités (comme bi- ou transsexuelles) rencontrent des difficultés à témoigner. L’une des causes ? Le viol au sens du Code pénal comprend la pénétration péno-vaginale uniquement (lire ci-dessous) . « La société a évolué, mais la législation ne suit pas ce mouvement à la même vitesse, constate le major Frédéric Pilloud, de la police de Lausanne. Nous devons être attentifs à former nos spécialistes des mœurs pour savoir écouter de manière appropriée ces témoignages. » « Les évolutions de mentalité engendrent ensuite seulement des modifications légales, renchérit Magaly Hanselmann, directrice du Bureau vaudois de l’égalité. Comme pour les violences domestiques : il a fallu attendre les années 1980 pour qu’on reconnaisse que les agressions sexuelles, notamment, n’étaient pas seulement l’apanage de l’espace public, mais qu’elles existaient aussi à l’intérieur du couple. »

Cette définition restrictive du viol dérange des victimes. « Lors des consultations, c’est un thème qui fait beaucoup réagir, commente Christophe Dubrit, chef de service du Centre LAVI (loi sur l’aide aux victimes d’infractions) Vaud. Il semblerait que la majorité des infractions est commise sur une minorité de victimes. D’où l’importance de la prévention, quelle que soit l’orientation sexuelle. »

Ces trois experts – et d’autres – participent vendredi à une table ronde sur le sujet. Organisée par le Pôle Agression et Viol (PAV) de l’association VoGay, mis sur pied en 2012 par… Raphaël Depallens. Il s’en charge avec Maryse Bloch (qui a travaillé au Centre LAVI) et la psychologue Florence Dardel. Il conclut : « J’ai rebondi. On ne fait que transiter par le statut de victime. Je témoigne pour montrer qu’il n’y a pas que des mauvaises choses qui naissent d’un viol. »

Semaine sur le viol et table ronde vendredi. Infos sur www.vogay.ch.

Source : Stéphanie Arboit pour 24Heures


© Vogay | Dernier ajout : dimanche 28 mai 2017 | | Plan du site
g